JOURNAL LIFESTYLE

Deux mille vingt et un

6 janvier 2021

 

Nous sommes le mercredi 6 janvier 2021. Une nouvelle année vient tout juste de commencer. Et comme tous les ans à la même période, c’est l’heure des rétrospectives, des voeux et des bonnes résolutions. On fouille dans les pellicules de nos appareils photo, on rédige notre bilan et on se fixe de nouveaux objectifs. Un peu comme une dernière répétition générale avant de réellement se lancer dans la nouvelle année. Un peu comme si on devait absolument clôturer le dernier chapitre d’une année avant de commencer à écrire les premières lignes d’une autre. On s’active, on se motive, on s’organise. On se laisse emporter par le flot d’énergie de la nouvelle année avant qu’il ne s’éloigne pour disparaitre complètement. C’est une tradition, une habitude, une coutume. C’est un truc qu’on fait, parfois inconsciemment. Un truc qui nous aide à passer à autre chose, à nous améliorer et à rêver.

Aujourd’hui, juste avant qu’il ne soit trop tard (même si, techniquement, j’ai déjà six jours de retard), je fais face à ma feuille blanche et je me lance dans la rédaction d’un article qui sera à la fois le dernier chapitre d’une année et le premier d’une autre. De deux mille vingt à deux mille vingt et un.

2020

Deux mille vingt. Je l’écris en chiffres et je l’écris en lettres. Comme si ça pouvait réellement m’aider à y voir plus clair. J’y pense depuis des semaines. Ou peut-être bien depuis des mois. Je ne sais plus, j’ai perdu la notion du temps quelque part pendant le premier confinement… Deux mille vingt, j’y pense depuis un long moment. Et malgré tout, je me retrouve à écrire mon bilan annuel en retard et avec l’impression étrange de m’être réveillée dans le corps d’un écolier qui n’a pas terminé ses devoirs à temps. Virus, pandémie, confinement, crise sanitaire. C’est les premiers mots qui me viennent en tête quand je pense à l’année qui vient de se terminer. Peur, incertitude, manque, doute. Et ça, c’est la liste de mots suivants. L’année dernière ne s’est pas vraiment déroulée comme prévu. Ça, c’est le moins que l’on puisse dire. Ça devait être l’année où j’allais enfin décrocher un job épanouissant. Où j’allais enfin passer mon permis de conduire. Où j’allais enfin partir au Vietnam… Et puis, finalement, non. Rien, nada.

Je n’ai pas concrétisé de grands projets de vie, je n’ai pas fait de grands voyages de l’autre côté du monde, je n’ai pas réalisé de grands rêves. Tout ça, ce sera pour une autre année. Peut-être même que ce sera pour celle qui vient tout juste de commencer. Je ne sais pas. Deux mille vingt ne m’a pas offert beaucoup d’opportunités d’agir, mais elle m’a donné tout le temps dont j’avais besoin pour réfléchir. Loin de mes repères et de mes habitudes. Accompagnée ou toute seule dans mon coin. J’ai lâché prise, je me suis laissée porter et j’ai appris à mieux m’écouter. Et je sais trop bien que sans le confinement ça n’aurait certainement pas été possible, même si je savais que j’en avais besoin. Vraiment besoin.

En deux mille vingt, j’étais reconnaissante de vivre une autre année entourée des personnes que j’aime. Mon amoureux, mon meilleur ami, ma famille, mes amis. Et puis, Peanut aussi. J’étais reconnaissante de revoir l’Italie après plus de quinze ans sans pouvoir y retourner. J’étais reconnaissance d’avoir laisser de nouvelles personnes entrer dans ma vie. J’étais reconnaissante de vivre dans un monde où la musique existe. Et j’étais reconnaissante pour chaque petit moment de vie, même ceux que je prenais pour acquis…

2021

Deux mille vingt et un. Encore une fois, je l’écris en chiffres et je l’écris en lettres. Après tout, peut-être que ça m’aide réellement à y voir plus clair. Peut-être que ça m’aide à structurer mes pensées, même si ce n’est qu’un tout petit peu… Deux mille vingt et un. Pour le moment, ce n’est rien de plus qu’une nouvelle année qui vient tout juste de commencer. Une nouvelle année pleine de incertitudes, de fragilité et de peurs. Mais aussi de rêves, de potentiel et de espoirs. En deux mille vingt et un, je ne sais pas si la vie sera normale à nouveau. Si tout redeviendra comme avant. Si je vais pouvoir faire tout ce que je n’ai pas pu faire l’an dernier. Alors, j’espère juste pouvoir revivre des petits moments de bonheur. J’espère pouvoir revoir ma famille. J’espère pouvoir continuer à créer, à écrire et à photographier. J’espère pouvoir retourner dans mon restaurant préféré. J’espère pouvoir revoir 5 seconds of summer en concert avec Jay, mon meilleur ami. Et j’espère pouvoir passer plus de temps avec les personnes que j’aime.

Pour deux mille vingt et un, je préfère ne pas trop en demander et continuer à me laisser porter. Je pense que j’ai peur de trop en demander. Alors, tout ce que je me souhaite, c’est plus de rires, plus de promenades au coucher de soleil, plus de sourires et plus d’amour. Toujours plus d’amour.

2

Vous aimerez peut-être :

Pas de commentaire

Laisser un commentaire