BLOGGING JOURNAL LIFESTYLE

Remplir des pages blanches

30 août 2020

Nous sommes le dimanche 30 août 2020. Comme tous les matins, je me suis installée devant l’écran de mon ordinateur portable avec une grande tasse de café noir. L’envie de procrastiner devant une série m’a traversé l’esprit quelques minutes, mais j’avais bien trop envie d’écrire. Alors, c’est mon logiciel de traitement de texte que j’ai finalement choisi d’ouvrir. J’ai commencé par regarder le curseur clignoter sur la page blanche de mon document pendant un long moment. Et puis je me suis mise à rédiger. J’ai écrit les phrases qui me passaient par la tête, j’ai laissé mes doigts tapoter sur le clavier et noircir la page mot après mot. Sans vraiment avoir besoin d’y réfléchir. Juste comme ça, tout simplement, comme avant. Comme si je n’avais jamais disparu, comme si je n’avais jamais cessé de remplir des pages blanches.

Cela fait plus d’un mois que je n’ai pas pris le temps d’écrire. Ni ici, ni ailleurs. Pas même une ligne. Rien, nada. J’ai manqué de temps, un peu. J’étais tellement absorbée par mes lignes de code que je n’ai pas vu le temps défiler. Les heures sont passées, puis les journées, puis les semaines. Et avant même de m’en rendre compte, c’est tout un mois qui s’est écoulé sans que je parvienne à trouver un peu de temps pour écrire… Et puis, j’avais la tête ailleurs aussi. J’imagine que je me suis encore égarée dans mes pensées. Perdue quelque part dans mes rêveries, mes angoisses et mon brouhaha d’idées, comme à chaque fois. J’avais la tête ailleurs et les pages blanches sont restées blanches. Mais aujourd’hui, il n’y a plus d’excuse. Plus plus d’administratif, de lignes de code, plus de rien de tout cela. Il n’y a plus que moi et ma page blanche.

Je me sens enfin prête à reprendre du service sur le blog. Changement de plateforme, changement d’hébergeur, changement de design. Changement d’un peu de tout. C’est une nouvelle aventure qui commence. Un nouveau départ avec un tout nouveau blog. Il était peut-être temps de tout changer pour pouvoir repartir à zéro, finalement. Après tout, je me répète que je veux réapprendre à écrire pour moi depuis des mois. Peut-être que le moment est venu de m’autoriser à me sentir libre d’écrire ce que je veux, sans chercher à m’imposer de nouvelles contraintes inutiles. Peut-être aussi que le moment est venu de m’autoriser à écrire pour écrire. Juste comme ça, sans trop y réfléchir. Juste pour le plaisir de noircir de nouvelles pages blanches, juste pour le plaisir de rédiger et d’appuyer à nouveau sur le bouton publier.

J’imagine qu’il ne me reste plus qu’à retourner écrire dans mes vieux carnets brouillons. Même si parfois ce n’est que quelques phrases par-ci par-là, des idées d’articles, des réflexions, des rêves et des pensées. Il me suffit simplement d’écrire des mots, des phrases et des paragraphes. À gauche et puis à droite. De noter, d’effacer, de reformuler. Aujourd’hui, c’est le jour j, c’est décidé. Je me lance dans de longues recherches dans mes vieux cahiers brouillons et je recommence à griffonner là où j’avais laissé tous mes écrits en suspend, à l’abandon. Je vais certainement retrouver quelques rêves et cauchemars retranscris, des dizaines de mots mal orthographiés, des poèmes pas toujours jolis et des listes d’idées inexploitées. Il y aura aussi certainement tous les textes que j’ai préféré ne pas publier. Parfois par simple pudeur. Parfois parce que je les trouvais trop mauvais, trop inintéressants. Et parmi tout ça, je sais que je vais dénicher quelques mots par-ci par-là que je pourrais écrire à nouveau sur des pages blanches. Comme si je leur offrais une nouvelle vie, comme si après tous ces mois passés à les cacher dans mes vieux cahiers brouillons il était temps de les sortir de l’ombre… 

1

Vous aimerez peut-être :

Pas de commentaire

Laisser un commentaire